• 29.11.08

    J'aurais pu vous dire que le vin blanc ne me réussis pas, tout comme les soirées parainage ou beaujolais. J'aurais pu également vous parler de l'endroit ou je suis, chez Muriel, de mes craquages intenses, de mes envies de pleurer des qu'on me parle. Je devrais vous dire que je suis à bout, physiquement et mentalement, que les heures supplémentaires me débectent et que je n'arrive pas à travailler. J'aurais d'ailleurs du commencer par le fait que si j'écris, c'est pas que je viens de lire un mail d'un dénommé F.. Je pourrais également vous dire que lorsqu'on affirme des choses aux gens c'est essentiellement pour se persuader soit meme de ce que l'on dit. Alors je vous dirais que non, J. ne me laisse ps indifférente, que j'ai tjs autant de mal de parler a P. qu'il faut que je me mette en tete que c'est tout simplement impossible. Tout comme Marco Polo, qui n'est rien qu'un surnom. Alors je vous dirais que j'ai seulement 6heures de sommeil devant moi. que j'ai rencontré des gens fabuleux mais que Mathilde, Elza, Nina et Xabi me manquent. Tout comme Frannçois. J'aurais pu vous dire que le complexe d'infériorité que j'ai est is à vis de ma soeur jumelle. Je vous dirai alors que je ne vais pas bien, pas bien du tout.

     

    Mais on s'attache à des choses bénines, on ne raconte que ce qui est bien, on préfère dire que tout va bien. Mais malheureusement on craque, et alors toutes ces questions reviennent à votre esprit. Et on se retrouve seul... beaucoup trop seule.. 


  • Commentaires

    1
    Mercredi 31 Décembre 2008 à 10:36
    Texte
    ..dense et sans concession, ce qui s'apprécie au delà de toute solitude
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :